Menu Content/Inhalt
-:[]:- arrow Société & Politique arrow Le "non" irréversible de Preljocaj
Le "non" irréversible de Preljocaj Version imprimable Suggérer par mail

Toulon / Front National / Compagnie Preljocaj

Taktik - juillet 1995

 

Le "non" irréversible de Preljocaj 

La compagnie Angelin Preljocaj ne deviendra pas Ballet National de Toulon. Angelin Preljocaj, chorégraphe contemporain, résident permanent à Châteauvallon avait averti qu'il ne signerait pas la convention qu'il devait passer avec la ville de Toulon si le Front National devait remporter les élections. Depuis le 18 juin, c'est chose faite, le chorégraphe quitte la région.

Explication d'Angelin Preljocaj (par téléphone du Théâtre La Passerelle à Gap, à deux jours de la
représentation de sa création) :
" Je ne veux et ne peux pas travailler avec des gens du Front National. Je ne veux pas que le nom de ma compagnie soit associé à celui de la ville de Toulon. Ce n'est pas un choix facile, on se retrouve avec toute mon équipe, c'est à dire 35 personnes, sans savoir ce qui va se passer, nous sommes inquiets pour l'avenir.
Aujourd'hui je recommence tout à zéro, j'ai monté cette compagnie il y a dix ans, aujourd'hui on était en pleine expansion et puis là tout s'écroule. Cependant l'attitude que j'ai adoptée est très claire et je suis très touché que toute mon équipe me suive dans ce choix.
J'avais averti de ma décision entre les deux tours, je ne peux continuer à travailler à Chateauvallon même si le lieu dépend de la commune d'Ollioules. Dans les conseils d'administration, il y a des élus de la ville de Toulon. Il est hors de question que je travaille avec eux.
Ce n'est pas la même chose de venir jouer un spectacle sur quelques jours que de vivre et travailler dans une ville dirigée par l'extrème-droite.
Je ne sais pas encore si je jouerai ma création au festival de Châteauvallon, je vais en discuter avec Gérard Paquet, j'ai beaucoup d'admiration et de respect pour lui, je prendrai ma décision après l'avoir consulté.
Je suis pour l'embargo culturel pour les villes qui ont élu des municipalités FN. Je pense que si elles devenaient des villes sinistrées, cela ferait peut-être réfléchir les gens qui ont voté FN. (...) je suis convaincu que j'ai fait le bon choix, je ne peux pas faire autrement ".

propos recueillis par Murielle Fourlon