Meredith Monk montre la voix.

 Taktik, novembre 1994

 

Meredith Monk montre la voix.

 

« Nos voix dansent, nos corps chantent ».
La voix, instrument, « capacité de revenir à l'essence même de l’être humain », la danse comme mouvement prolongeant la voix ou bien est-ce l’inverse ?

Dans le travail de Meredith Monk, les deux sont intimement liés. Marseille Objectif Danse présente au théâtre des Bernardines, Volcano Songs, sa dernière création. Cette oeuvre découpée en deux parties, la première est une vidéo, la seconde est un solo, représente les cycles de la vie. La métaphore du volcan comme association des forces de la création et de la destruction, une renaissance constante de l’énergie, l’artiste incarne différents états, différentes personnes. Volcano Songs est pour Meredith Monk la somme de ses préoccupations métaphysiques. Créée en mai 1994 à New York, la pièce est une première en Europe. Meredith Monk vient pour la première fois à Marseille. Artiste inclassable qui pratique « un art qui rompt les barrières entre les disciplines », « un art englobant plutôt qu'excluant », elle chante, compose de la musique, danse, fait des vidéos et des films. Au total, elle a créé plus de 80 pièces. Marseille Objectif Danse propose également la projection de deux films, 16 Millimeter Earrings et Ellis Island, Jeudi 24 novembre, à 21h, au Toursky. Le premier est une re-création d'un solo créé en 1966, c'est une vision personnelle du réalisateur Robert Withers. Le second tourné par Meredith Monk raconte « l’ile aux larmes », Ellis Island, passage obligé pour des millions d'immigrés qui arrivèrent aux Etats-Unis de 1892 à 1927. Meredith Monk travaille depuis 30 ans sur l’émotion, elle fait appel au sentiment profond des êtres, anachronisme à une époque où ces mots prêtent le plus souvent à sourire quand ils ne sont pas tout simplement tabous ?
 

Murielle Fourlon